Consentement d'utilisation des Cookies

Notre site sauvegarde des traceurs textes (cookies) sur votre appareil afin de vous garantir de meilleurs contenus et à des fins de collectes statistiques.Vous pouvez désactiver l'usage des cookies en changeant les paramètres de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur notre site sans changer vos paramètres de navigateur vous nous accordez la permission de conserver des informations sur votre appareil. Je n'accept pas J'accepte

Prato et le cinéma

Prato a un gros bagage lié au cinéma: dans le quartier de Vergaio, le jeune Roberto Benigni a fait ses premiers pas, tandis que Francesco Nuti est né et a grandi à Narnali. Ou encore: le réalisateur Giovanni Veronesi et les grandes actrices Clara Calamai et Pamela Villoresi sont originaires de Prato. Une maison de cinéma, "Manifatture Digitali Cinema a Prato" a été inaugurée il y a quelques mois, une structure dédiée aux productions pour le cinéma, la télévision et le web. Nombreux sont les réalisateurs qui ont choisi Prato comme lieu de tournage: ce serait une bonne idée de passer une soirée avec des amis à regarder un film «made in Prato».
Les plus célèbres sont ceux liés à Benigni et Nuti: des scénarios inoubliables se déroulent dans "Berlinguer ti voglio bene" par Giuseppe Bertolucci, 1977, sur le toit en cours de construction de Pratilia, l'un des premiers centres commerciaux locaux (maintenant démolis et remplacés par un supermarché) ou entre les champs de la banlieue. "A Ovest di Paperino" est un film de Alessandro Benvenuti, interprété par Giancattivi, le trio formé par le comédien florentin, le jeune Francesco Nuti et la grande Athina Cenci. Le "Paperino" (Donald Duck) du titre est une fraction de Prato, où même pas une scène du film n'a été tournée mais c'est une réponse que Sandro adresse à Francesco quand - au cours d'une séquence du film - ce dernier lui demande "Où allons-nous?":  A l'ouest de Paperino il y a toujours Prato, où certaines scènes ont été tournées, mais l'intention est d'exploiter l'homonymie avec le célèbre personnage imaginaire pour ajouter une touche de surréalité. Et encore: "Madonna che silenzio c'è stasera" (Maurizio Ponzi, 1981), "Tutto Benigni" (Giuseppe Bertolucci, 1983), "Caruso Paskoski di padre polacco" (Nuti, 1988), "Il signor Quindicipalle" (Nuti, 1998).
Même Mario Monicelli a choisi Prato pour quelques scènes de "Amici Miei Atto III": dans la zone de Villa del Palco des scènes de quelques plaisanteries ont été tournées avec Tognazzi, Moschin, Celi et Montagnani en 1975. Tourné entièrement à Prato est  "Caino e Caino", également par Alessandro Benvenuti avec Enrico Montesano.
Avec les années au-delà du textile, dans les films consacrés à Prato la communauté chinoise est également apparue, entre clichés et comédies non conventionnelles. La comédie "Cenci in Cina", un film de Marco Limberti avec Alessandro Paci, Francesco Ciampi et Massimo Ceccherini dit d'une manière amusante et légère l'histoire de la ville jusqu'à l'arrivée de la communauté orientale dans la ville. Alors que dans "Sogni di Gloria", un film du collectif John Snellinberg il y a un épisode entier consacré aux histoires d'amour et atout d'un jeune garçon chinois nommé Giulio.
Divers lieux du centre historique ont été le plateau de tournage de la comédie "Se son rose" (Leonardo Pieraccioni 2018).
La télévision a tourné dans la Via Muzzi la fiction "Pezzi Unici" (Cinzia Th Torrini 2019). Pour remercier les commerçants et les résidents, une plaque a été placée sur l'ordre de la municipalité, de la production et de la Toscana Film Commission.
Toujours dans la province, il y a deux lieux de grand prestige: la Villa Médicéenne de Poggio a Caiano tournage du film "Les affinités électives" (Paolo et Vittorio Taviani 1996) et la localité de Montepiano di Vernio pour le film "Padroni di casa" ( Edoardo Gabbriellini 2012).

Prato et le cinéma - Video